Pasta tour ou les 4000 du Mont-Rose

Pasta tour ou les 4000 du Mont-Rose

5 amateurs de pâtes, de pizzas et de vin toscan ou sicilien :
Cyrille, Greg, Julien, Raphaël et Sam
3 d’entre-nous (Greg, Julien et Raph) restaient sur une sensation bien amère de leur 1ère tentative en 2017 où le mauvais temps nous avait contraint à se contenter de la seule Pyramide Vincent (dans les nuages qui + est !). Nous sommes partis ravis cette fois-ci ! Fini le Mont Rose 2017, vive l’édition 2019 !!
Nous en avons pris plein les yeux ! Et les pâtes étaient bonnes ! Et les pizzas aussi ! Et le vin … heu non là c’est l’altitude qui nous a fait croire que …

Arrivée samedi à Chamonix au très sympathique camping des cimes pour Greg, Julien et Sam

Arrivée à 13h00, installation à 13h15, 1er verre à 13h30 : nous sommes prêts !

L’après-midi se fera en mode “repos” en profitant de Chamonix et des festivités débutantes pour le fameux “ultra trail du Mont-Blanc”. Nous nous poserons dans un resto autour d’1 pizza (on branche ainsi rapidement nos cerveaux en mode “Italie”).

Le lendemain, dimanche, nous faisons une “petite” sortie en mode rando : la fameuse “Jonction” (des glaciers des Bossons et de Taconnaz). Personne ne l’avait encore fait donc bingo ! Un total de 1650 m en D+ (et donc en D-) pour 1 très belle sortie. On vous la recommande !


Le soir ça sera sur … Chamonix et des pâtes (“chez Paolo” pâtes (penne ou gnocchi) cuites au four !)

Départ lundi matin donc pour Stafal où l’on retrouve Cyrille et Raphael arrivés (depuis Chambéry) par le tunnel du Fréjus et Turin. Nous prenons la 1ère benne qui s’offre à nous (attention les remontées ferment à 12h15 et ne reprennent qu’à 14h00). 3 tronçons et donc 2 changements pour arriver au pied de la Punta Indren. Nous pique-niquons ainsi à 3200 m et nous nous mettons en chemin vers le refuge Citta di Mantova situé à 3498 m. Il nous faudra moins de 40 mns pour l’atteindre ! Oui une approche vraiment courte.

Le refuge est confortable, le personnel vraiment sympa (cela change de celui de Gnifetti 2 ans auparavant) et on y mange très bien !

Lever 4h15 pour 1 p’tit déj’ à 4h30. Il y a du monde … nous ne serons pas seuls visiblement (et encore il reste tous les alpinistes du refuge Gnifetti situé 150 m + haut !). Nous partons vers 5h10 à la frontale. Un peu de marche à travers les rochers et nous “récupérons” le glacier et pouvons ainsi nous équiper.

Il y a beaucoup de crevasses sur cet itinéraire et beaucoup de personnes (public se rapprochant de celui du Mont Blanc). Qu’est-ce qui sera le + gênant au final ?! Bref …

Nous progressons bien (2 cordées : Greg et Sam – Julien, Raphael et Cyrille) et arrivons à 07h50 au col du Lys au dessus des 4200 m. Là nous pouvons apercevoir les objectifs du jours et ce qu’il nous reste à accomplir. Nous arriverons au sommet de la pointe Zumstein à 9h10. Une petite “escalade” (terme volontairement exagéré) tranquille mais qui est la bienvenue (beaucoup de marche dans la neige ce jour là !). Vue magnifique sur la pointe Dufour située à côté (point culminant du massif à 4634 m). Objectif forcément à venir !

Le 1er 4000 de la journée (et le + haut) la pointe Zumstein (4563 m)

Pause de 20 mns là-haut, descente express et on remonte en face au Signalkuppe (ou pointe Gnifetti) ou nous nous posons (10h00). Prendre un chocolat chaud et une tablette de chocolat à + de 4500 m ça n’a pas de prix ! Ah si ça en a (et pas donné qui + est ! ^^). La face sud-est est impressionnante de par sa verticalité et ce vide laissant coi.

la cabane Margherita située au sommet de la point Gnifetti (4554 m) . Le + haut refuge d’Europe.

A la descente de ce sommet/refuge les cordées se reforment (Julien rejoint Greg et Sam. Cyrille et Raphael redescendant directement au refuge. Le principal a été fait !)
La Pointe Parrot (atteint à 11h55) n’est pas la cime la + connue du massif est pourtant elle est majestueuse. Entre la montée – et sa pente à 50° – et son arête vertigineuse à la descente elle nous laissera de sacrés souvenirs ! Et quelles vues sur les autres sommets …

en montant vers la pointe Parrot (4432 m)

Enfin nous terminerons par la très très (j’ai oublié un très) courte ascension du Ludwigshöhe. Remarquez elle est courte mais s’il n’y avait pas eu ces marches dans la neige de cette très raide pente, cette montée n’aurait pas été si simple !

Au sommet du Ludwigshöhe (4341 m)

Enfin nous retournons au refuge Mantova en passant au pied du Corno Nero, du Balmenhorn et juste sous le col Vincent (l’horaire ne nous permettant pas d’enchaîner tous les sommets). Toujours attentifs sur les passages des crevasses nous rejoignons Cyrille et Raphael et nous nous offrons un assiette de … pâtes forcément ! (Tagliatelle au pesto)

Ci-dessous : La pointe Parrot vue depuis la trace de descente des pointes (Zumstein et Gnifetti) les magnifiques Lyskamm (la traversée est aussi 1 objectif) et 1 aperçu des crevasses que l’on rencontre sur l’itinéraire


Nous ne traînons pas (dernière benne à 17h00) et redescendons en vallée. Nous nous séparons (Cyrille et Raphael repartent en France) et nous installons au camping Margherita à Gressoney St-Jean. Pas facile de se sustenter dans cette commune valdotaine mais nous trouvons malgré tout un 1er bar, puis un 2nd et finirons dans 1 pizzeria qui propose des pizzas excellentes et pas chères ! Parfait !

Pour conclure … et bien pour conclure nous allons proposer 1 autre topo puisque l’aventure ne s’arrête pas là ! A suivre l’ascension de la pointe Castor.

Download file: MONT ROSE - 27 08 19.gpx


En bref :
jour 1 : départ du parking de Stafal (Val d’Aoste – Italie), téléphérique (3 tronçons) vers la Punta Indren (A/R : 40 €) et nuit au refuge Citta di Mantova – 3498 m
D+ 300 m

Jour 2 : Ascension/traversée de la pointe Zumstein (4563 m), de la pointe Gnifetti (4554 m), de la pointe Parrot (4432 m) et du Ludwigshöhe (4341 m)
D+ 1450 m
D- 1750m

Consulter le topo de la course “les 4000 du Mont Rose”

Voir l’album photos (merci à Julien et à Sam)

Google Photo
Google Photo
Google Photo
Google Photo
Les commentaires sont clos.