Via ferrata du Grand Dièdre (ED)

Via ferrata du Grand Dièdre (ED)

3 grimpeurs (enfin 2 vrais et 1 assimilé !) qui veulent profiter des dernières belles journées de l’automne en Chartreuse et du soleil pour quitter temporairement le monde plus obscur des salles d’escalade :
Anne, David et Greg.
Cette via ferrata classée parmi les 10 plus belles des Alpes d’après Montagnes Magazine, a connu, il y a 5 ans, un événement dramatique. De quoi nous rappeler que cette activité est un sport engagé de montagne, à ne jamais prendre à la légère !
Loin de moi cependant l’idée de faire dans le mélo. Il n’aura ici été question que de plaisir et de régal pour les yeux !

Peu fréquent que je relate ici mes sorties “club”, car elles sont, à mon grand regret, que trop rares de mon côté. A moi de travailler cela pour récompenser le travail considérable des encadrants !

Grenoble, puis Meylan, nous nous retrouvons à 3, tous issus du GAN (Grenoble Amitié Nature) et arrivons au parking, à St-Hilaire du Touvet avant 14h. Nous préparons les sacs et prenons rapidement le chemin nous emmenant au départ de cette via ferrata. Celui-ci passe derrière le “déco” (aire de décollage des parapentes) de Saint-Hilaire et “plonge” rapidement. Ce sentier longeant par moment le funiculaire est très raide. (450 m de D- depuis le parking)

La cascade de l’Oule vue depuis le sentier d’accès

Après avoir traversé la voie ferrée du funiculaire (par un court tunnel sous celle-ci) et remonté un chemin (raide lui aussi, surtout si le terrain – automnal pour l’occasion – est glissant !), nous arrivons au pied de la voie et nous nous équipons.

La voie ferrée du funiculaire du Touvet

David en tête (encadrant de la sortie), Greg en 2nd (“junior” de la sortie) et Anne pour compléter le trio.

3 “ganistes” au départ de la Via (Greg à droite et 2 encadrants en escalade à gauche : David et Anne)

La 1ère partie est commune avec l’autre via ferrata, la “vire des lavandières” (côtée AD) qui semble très belle aussi une fois la séparation effectuée. Cette dernière s’effectue à un croisement ou la cascade de l’Oule s’offre à nous. (court) Détour fraîcheur obligé !!

La cascade de l’Oule
On ne ment à personne ! C’est écrit noir sur blanc(ou blanc sur rouge selon) !

La 2nde partie de la via pourrait se résumer à un athlétique passage, un petit “toit” (dévers horizontal, photo ci-dessous) mais ce fameux “grand dièdre” tire surtout sa difficulté de la longueur concernant l’effort soutenu nécéssaire à son franchissement. Rien de très technique mais ça tire tout de même sur les bras tout le long ! D’où la cotation Extrêmement Difficile.

Le départ du “grand dièdre” avec le passage du toit
Fin du grand dièdre et de la progression verticale

Une fois cette pénible (?) progression verticale finie ne reste plus que quelques franchissements d’échelles, de vire et de légers surplombs ! 3 fois rien par rapport au grand dièdre !

Anne en haut de l’échelle des Martinets. Aurait bien voulu tenter une “titanic” mais point de Jack à l’horizon.
Greg au sommet de l’échelle de l’enfer (à part un boulon qui menace de se barrer pas si satanique que cela cette échelle !)
David devant son “oeuvre” : le plus gros cairn de toute la vire !

Nous revenons tranquillement au parking, nous nous changeons et … nous préparons l’apéro !!

C’est la tradition au GAN : du sport oui mais surtout de la convivialité. Chaque sortie est agrémentée d’un moment entre participants et chacun … veut revenir ! Etrange …

L’escalade au GAN : https://www.gan-montagne.fr/escalade/

L’adhésion au GAN ( 52 €uros seulement pour toutes les activités !! Escalade, ski de rando, rando, raquettes, via ferrata, etc , …) : https://www.gan-montagne.fr/adhesion/

Consulter le topo de la via ferrata “Le grand dièdre”

Voir l’album photos (merci à Anne et à Greg)

Google Photo
Google Photo
Google Photo
Google Photo
Les commentaires sont clos.