Pointe de Labby, au sommet du jeu de mots

Pointe de Labby, au sommet du jeu de mots

6 gaillard(e)s qui cherchaient un sommet leur permettant de stimuler leur sens inné de la création verbale :
Benoît, Cyrille, Greg, Laetitia, Raphaël et Samuel. (Liège, Lausanne, Chambéry et Grenoble étant représentés)

D’éphémères vanoisiens qui ont trouvé leur graal : la Pointe de Labby, nichée à 3521 m au sud des glaciers de la Vanoise.
Défileront alors les rapprochements avec l’animal nous fournissant du si bon fromage, ou bien encore le contenu du sac d’un écolier dans la cour de récréation, en passant – bien entendu – par le traditionnel “phallus” !
On pourrait même citer cette expression incluant certains hommes vêtus de soutanes … Bref nous étions à la pointe de Labby !

Nos 2 pensionnaires de Belgique, afin d’éviter les bouchons, partiront de Liège dès le vendredi et arriveront dans la nuit à Chamonix. Au programme Via Corda sur Chamonix (site des Mottets).

Pendant ce temps Greg et Sam arrivent à Aussois en haute-Maurienne le vendredi soir. Bivouac très sympa sur le site de la cascade St-Benoît. Sympa mais interdit visiblement :

Non seulement ils n’avaient pas leur masque mais en plus ils boivent de la “despé” !

Lever pas vraiment aux aurores (7h00), petit déjeuner et début de la journée “sportive” à 8h30.
La via ferrata du “diable” que l’on trouve sur le site de la Redoute (fort) Marie-Thérèse à Aussois comporte 7 tronçons. Greg et Sam en réaliseront 4 ( Combo “descente aux enfers et montée au paradis” + “traversée des anges” + “montée au ciel” et la dernière – pour la route – “diablotins” effectuée avec Cyrille ! Ce dernier et Laetitia arriveront sur site 1 heure après les premiers.
Le repas du midi se fera donc à 4 à la Guinguette de l’Essaillon. Cadre vraiment chouette, accueil des + sympa et on y mange très bien : on recommande !

Dans l’après-midi / début de soirée, les arrivées au refuge du fond d’Aussois seront également échelonnées. Greg et Sam arriveront à 16h15. Le temps de poser les affaires dans le dortoir et de profiter d’une bonne bière locale sous le soleil savoyard ! Les 4 autres comparses arriveront + tardivement … 15 mns après le début du repas prévu à 18h30 ! 🙂 Au passage l’accueil, le repas et le confort ont été à la hauteur de la compréhension du personnel : parfaits !

Lever puis petit déjeuner à 4h30, départ à 5h30 du refuge. Il fait jour, les frontales ne serviront donc pas. Nous empruntons le sentier qui remonte vers le refuge de la dent Parrachée. A moins de 100 m de celui-ci nous bifurquons plein nord direction le “lac du Génépy“.

Une fois dépassés ce lac et arrivés au pied des “vestiges” du glacier de Labby, lire “un gros névé pentu”, nous chaussons nos crampons et sortons les piolets. Le regel a été très bon et la progression n’en est que facilitée.

Nous arrivons sans difficultés particulières “sous” le col de Labby (3324 m). Plutôt que d’atteindre celui-ci (quelques rochers à remonter) et ainsi observer les conditions pour la suite de la course (et prendre pied rapidement sur le glacier), nous préférons opter pour la traversée de l’arête. Si celle-ci n’est pas des plus déplaisantes, il en va autrement pour prendre pied sur le glacier de la Mahure ! La courte désescalade sur du rocher qui se délite facilement n’étant pas des plus rassurantes …

Regard arrière sur l’arête après le col de Labby. Tout en haut la dent Parrachée – 3697m
Vue depuis l’arête.

Après une courte traversée sur une neige qui commence déjà à se transformer, nous sommes enfin au pied de la pointe. D’un aspect plutôt impressionnant vu de l’extérieur l’accès à celle-ci n’est pas réellement compliqué (rien qui ne demande une maîtrise parfaite de l’escalade). Il faut seulement être vigilant en parcourant ces rochers décidément capricieux dans cette zone ! Il est 11h00 passé lorsque nous arrivons au sommet.

Au sommet de la Pointe de Labby – 3521 m
Début de la descente

Si la descente n’est jamais la partie la plus agréable d’une sortie en montagne, il en va autrement pour celle-ci qui est plutôt variée (alternance entre neige et rochers) et empêche une certaine monotonie de s’installer. Les vues et les paysages sont magnifiques dans ce secteur !

Jeune bouquetin au dessus du lac du Génépy | Regard sur le sentier nous menant au refuge de la dent Parrachée | Cyrille “posant” devant la pointe de l’Echelle

Nous prendrons donc tout notre temps et arriverons au refuge de la dent Parrachée vers 14h30 afin de nous poser et de nous restaurer. Visité en 2018, ce refuge a toujours les mêmes atouts : une vue splendide, un accueil vraiment convivial et une restauration au top. Et il y a un même un sauna désormais !!

Les refuges d’Aussois ? Une destination à cocher – forcément – si l’on vient en Vanoise !

Bon vous l’aurez compris, si on met de côté les jeux de mots – (trop ?) faciles pour l’occasion 😉 – entourant ce sommet de la Vanoise, la Pointe de Labby mérite vraiment le détour. Encore plus quand celle-ci se visite en si bonne compagnie. Un week-end où on a de nouveau bien rigolé et où on en a encore pris plein les yeux !


Les commentaires sont clos.